31
le meilleur des sorties pour enfants

Le top 12 des bonnes résolutions pour 2021

Le top 12 des bonnes résolutions pour 2021

Rédigé le 18/12/2020, par Aline Baudry-Scherer

On ne va pas se mentir, tout le monde est à peu près d’accord pour dire que 2020 a vraiment été, mais totalement, définitivement l’an "foiré". De fait, nous voilà positivement ravis de voir arriver 2021 !

D’accord, on place beaucoup d’espoirs dans cette année, peut-être un peu trop, mais ça ne coûte rien de rêver… Et pour écrire « le monde d’après » comme on l’espère, le mieux, c’est de commencer par douze bonnes résolutions, une par mois : mais pas celles qu’on a l’habitude de prendre et ne pas tenir (se mettre au sport, arrêter les gros mots, ou la raclette…), non, 12 bonnes résolutions accessibles, et qui déchirent tout !

1. En janvier, on s’engage.

Selon ses moyens, son temps, sa sensibilité, c’est le moment de participer activement à l’idée qu’on se fait d’un monde meilleur. Parfois on admire les militants dévoués à leur cause : pas de culpabilité, chacun son chemin. Mais pourquoi pas participer en donnant même 2 euros à une cause qui vous est chère, ou un peu de son temps, ou même quelques vêtements, ou de la nourriture à une association ? C’est le moment idéal pour parler de vos valeurs avec les enfants !

2. En février, on visite.

Pas besoin d’aller loin pour découvrir du pays ! Si vous êtes fidèle à Kidiklik, on prêche des convaincus… Cette fois, pourquoi pas se prendre pour des touristes et aller découvrir le lieu qu’on n’a jamais pris le temps de visiter, et pourtant à quelques kilomètres de chez soi ? Musée, château, parc de loisirs, aquarium… Les idées ne manquent pas !

3. En mars, on transmet.

Allez, on va ressortir les vieilles photos ! Les enfants sont toujours curieux de savoir d’où ils viennent : racontez-leur la vie avant eux, ils adorent et en bonus, ça les aide à se construire. Creusez dans vos propres souvenirs d’enfance, dans ce que vous savez de la famille de leurs grands-parents et arrières grands-parents : le contexte dans lequel ils vivaient, la sévérité des instituteurs, à quoi ils jouaient…

4. En avril, on plante.

Le printemps arrive, on en profite ! Pas besoin d’être un super jardinier et d’avoir un parc de 20 hectares : pour mettre les mains dans la terre, un balcon suffit ! Avant de s’y mettre, on tape « que planter en avril ? » dans sa barre de recherche. Fleurs ou légumes, vous verrez qu’au fil des semaines, les enfants vont adorer voir sortir leurs jeunes pousses. Et vous aussi !

5. En mai, on fait ce qu’il nous plaît.

Oui, c’est un peu facile, mais c’est le moment ou jamais : on fait ce qu’il nous plaît à nous, les parents ! C’est génial de se dévouer à notre progéniture, mais on a aussi le droit (et même le devoir) de s’accorder un peu de temps, à deux ou en solo : un massage, un resto, un week-end de copines… Une fois par an, c’est un minimum !

6. En juin, on invite.

Sous prétexte de transmettre le sens de l’accueil (hé hé), c’est le moment de sortir l’argenterie (ou pas). Pique-nique ou barbecue des familles un dimanche, grosse teuf et boule à facettes, week-end avec les cousins, peu importe… Non seulement vous passerez tous un bon moment avec vos invités, mais partager avec les kids les réjouissances de la préparation (faire un gâteau ou écrire joliment les prénoms pour mettre dans les assiettes), pour eux c’est vraiment grisant !

7. En juillet, on s’aime.

Il y a des familles qui se le disent à tout bout de champ, d’autres pour qui c’est plus compliqué. Si on a du mal à se crier « Je t’aime ! » à travers la maison façon Lara Fabian, on peut se glisser des petits mots doux sous l’oreiller ou faire des cœurs avec la purée, on peut aussi prendre son enfant par les épaules et lui dire « Ecoute bien, je ne te le dis pas souvent alors n’oublie jamais ça : quoi que tu fasses, je t’aimerai pour toute la vie. Tu es quelqu’un de merveilleux et ne laisse jamais personne te dire le contraire. » Un peu grandiloquent, mais il ou elle s’en souviendra ! Et on n’hésite pas à faire pareil avec chéri.e, ses parents, sa belle-famille, ses cousins… et soi-même !!

8. En août, on dort.

Vacances, j’oublie tout !!... On court toute l’année, alors là, c’est décidé, on se laisse vivre, et surtout on ré-cu-père ! Grasses mat pour tout le monde, siestes, somnolence sur chaise longue… Pour le déjeuner, y’a des tomates. La culpabili-quoi ? Pff, connais pas !

9. En septembre, on apprend.

C’est la rentrée, reprise de la course folle (mais comme on a fait une super cure de sommeil, ça va le faire). C’est aussi le mois des inscriptions aux activités extra-scolaires : Marie-Prune veut arrêter la course en sac, Jean-Kévin veut faire de la flûte à bec… Eh bien cette année, nous aussi, on se met à la guitare-zumba-boxe-surf-coréen, puisqu’on en a toujours rêvé ! (rayez la mention inutile)

10. En octobre, on découvre.

Les vacances d’automne sont parfaites pour un voyage en famille. Si on peut, on vise loin : New York, Québec, Buenos Aires, Tokyo… Si on peut moins, l’Europe quelques jours, c’est bien aussi : Madrid, Londres, Amsterdam, Rome… Et si on peut encore moins, la France, c’est canon : Paris, Nantes, Marseille… La Rochelle, Quimper, Saint Malo, Strasbourg… Et pour trouver de quoi s’occuper, heuuu… Vous connaissez Kidiklik ?

11. En novembre, on se cultive.

Un concert, un spectacle de marionnettes, une pièce de théâtre, un cirque, une lecture… Le spectacle vivant, c’est toujours une bonne idée ! Et puis le secteur se relève de ses cendres, alors on a bien envie de les soutenir : et si le prix, c’est un moment de plaisir en famille, pourquoi se priver ?

12. En décembre, on fait le bilan (calmement, se remémorant chaque instant).

Eh oui, c’est bien aussi de se poser ensemble et de se demander si 2021 a été à la hauteur de nos espérances… Qu’est-ce qu’on a fait de bien cette année ? De quoi on est fier.e ? Qu’est-ce qu’on voudrait changer pour l’an prochain ?... L’occasion de se dire que si 2021, c’était bien, alors 2022, ce sera encore mieux !

Retour haut de page

INSCRIPT NOV